Ça y est, c'est mon tour ! A vrai dire, ça m'étonnait même que j'ai pas eu ma petite cabale plus tôt... alors voilà, moi aussi, je suis pris pour cible par la célèbre Emma la blogueuse... célèbre pour avoir repris la thèse de la charge mentale, (thèse créée par la sociologue monique haicault en 1984), célèbre également pour son rôle de procureur sur internet...

Régulièrement, elle lance en pâture ou relaie à ses fans des livres qui lui déplaisent, toujours pour des raisons morales. Soit on se retrouve taxé de sexisme, d'homophobie, de racisme... 
L'an dernier, j'avais mené la fronde contre la demande d'interdiction du livre "on a chopé la puberté" chez Milan, révolté tant par le procédé que par les raccourcis, révolté surtout qu'on s'en prenne à la liberté d'écriture pour des raisons moralistes.

Je savais très bien que j'allais me prendre un truc dans les dents un de ces 4, par contre, je ne savais pas encore à quelle sauce j'allais être mangé... là, j’avoue, je ne suis pas déçu. 
Mon livre "la guerre des bisous" chez Gallimard-giboulées illustré par Suzanne arhex est tout simplement et explicitement accusé de "PROMOUVOIR LA CULTURE DU VIOL"... oui oui, tant qu'à faire, autant y aller franchement... l'objet du délit : une petite fille fait un bisou volé à un petit garçon, ce qui s'apparente selon Emma la blogueuse à un acte sexuel non consenti... je vous passe dans les commentaires les accusations à peine voilées de racisme (l’homme qui fait le ménage est noir) voire de pédophilie (des adultes font des bisous à des enfants)

Cette dernière a écrit à la médiathèque et à l'éditeur et se la joue magnanime en hésitant à créer un stormshit, un torrent de merde, donc... mais sait très bien ce qu'elle fait en postant ce tweet... 
Si je réagis alors que la polémique n'a pas encore pris, si polémique il y a, c'est tout simplement que je ne veux pas être dans la position des auteurs des livres qui se sont retrouvés avec de telles cabales sur le dos : être obligé de me justifier d'une faute que je n'ai pas commise.

Je ne sais pas qui est le plus tordu des deux : celui qui écrit un texte gentiment subversif, où une épidémie de bisous s'abat sur la ville, ou celle qui y voit une apologie du viol. Et franchement, plutôt que d'attendre gentiment de me faire accuser de danger pour la jeunesse, j'ai plutôt envie de dire moi, que c'est elle, le danger, elle qui a pris ce rôle de procureur des bonnes mœurs avec tellement de suffisance, et qui se permet, avec un talent graphique et littéraire somme toute moyen, de distribuer des bons et mauvais points... pire, de lancer des accusations qui touchent à l'intégrité des gens accusés.

Voilà, je veux juste dire que je trouve ce système d'attaques morales contre des livres très dangereux, et que si j'ai réagi pour les livres des autres, je réagis bien entendu pour les miens aussi...

Et j’ai aussi envie de dire aux autres écrivains et illustrateurs de ne pas se laisser intimider par ce genre d’attaques !

bisous (consentis bien sûr!!!)
Vincent

https://twitter.com/KerriganNuNue/status/1064105976440283136?fbclid=IwAR3C_Xo_8t2mMgCFxsa17AGTDNQBHBt-xYHOmN5-t8OZ9q0wOccdEaEfgNA