Vendredi 10 février prochain, à partir de 18 heures, c'est l'inauguration de mon magasin de livres d'occasion, "les gros mots"... bah oui, je monte un magasin, quoi, je sais, ça peut surprendre, je vais essayer de vous raconter le pourquoi du comment...

voilà, et d'une, moi, les bouquinistes, c'est vraiment un truc de mon enfance, depuis que je suis tout petit... avec mes parents, on les faisait tous à Brest, à Kerinou, St Pierre, Recouvrance, Lambézellec, et dés que j'ai pu faire du vélo ou marcher à pied tout seul, ça a été mes premières destinations, bien plus que les plages toutes proches...

Jeune adulte, quand je galérais, j'ai souvent eu cette idée dans la tête, mais bon, on ne peut pas mettre son énergie dans 14 projets à la fois, et mon vrai truc, mon gros truc, c'était quand même de devenir écrivain... pourtant, à plusieurs moments dans ma vie, j'avais commencé ce projet: avec cédric, une grande boutique, le "sans télé, avec Thierry, un magasin à Besançon, avec mon père, faire les marchés pour vendre des livres...

et puis bon, à chaque fois, je prenais une autre direction, celle qui m'a mené à mon métier d'écrivain... et puis voilà, il y a quelques mois, j'ai pris la décision d'enfin monter ma boutique de livres d'occasion. Déjà, parce que je gagne ma vie comme écrivain, et ce depuis de longues années, maintenant... et puis cette année, je fête mes 30 ans de publication, c'est le bon moment pour lancer un projet comme ça... il y a aussi la question des salons du livre, que je ne voulais plus faire à grande échelle, comme j'ai pu le faire pendant 15 ans: je cherchais une manière de gagner un complément de revenus qui ne soit pas de participer à des rencontres scolaires et des salons du livre... (je continue à en faire, mais de manière exceptionnelle)... et puis, je dois être cohérent, aussi, j'arrête pas de dire qu'on ne doit pas dépendre trop de l'argent public, il est donc logique que je monte une entreprise privée, pour faire un complèment d'activité...

donc, j'ai pris la décision à la fin de l'été... fin aout, j'ai terminé d'écrire un essai sur la littérature jeunesse "Je ne suis pas auteur jeunesse". Début septembre, j'ai quitté le groupe facebook que j'avais fondé, "actualité de la littérature jeunesse", et j'ai entamé les démarches légales pour monter ma petite entreprise... j'ai d'abord trouvé un local, fait un petit crédit, je me suis constitué mon stock (sur la base d'une partie de ma collection personnelle), j'ai passé un examen de gestion de base, j'ai fait toutes les démarches administratives, j'ai consulté quelques amis...

et voilà, 3 ou 4 mois plus tard, pendant lesquels j'ai bien entendu continué mon métier d'écrivain, j'ai ouvert ma boutique. C'est au 67 rue Lesbroussart, à Bruxelles, entre la place flagey et l'avenue Louise, c'est un petit magasin de 16 m carrés, mais remplie à ras la gueule... et accessoirement, c'est aussi mon bureau, là où j'écris en partie, où je donne mes rendez vous, etc... (j'en avais un peu marre de travailler à deux mètres de mon plumard)

l'axe central du magasin, ce sont les livres pour enfants, vintage ou récents, beaucoup d'albums. (notemment un gros rayon de livres des pays de l'est, mais aussi anglo saxons) Il y a aussi un bon rayon consacrée à l'enfance, l'histoire de l'enfance ou les récits d'enfance, un gros rayon Nouvelles, des romans, l'ethno, l'histoire, et également un gros rayon de livres consacrés au dessin d'humour et de presse... il y a également des jouets, marionnettes, jeux de société, des affiches, des dessins originaux, et plein de petites choses: tracts, plans, cartes postales, marque page, etc... le truc de la boutique étant tout de même l'illustration, le graphisme, le vintage...

voilà l'inauguration, c'est vendredi à 18 heures, au 67, rue lesbroussart

le magasin est ouvert du mercredi au vendredi, de 14 à 18h30, et le samedi, de Midi à 18h30...

le logo est de Max de Radigués... merci à Bernard Herczfeld, Vincent Rif, Max de radigués, Sylvia Menvielle et Vincent Sterpin, Sophie Boury, frédo sterh et tous les gens qui ont été super gentils avec moi ces derniers mois, en me disant "ah oui, c'est cool, vas y!"

DSCI0680