un texte inédit:

Mimbala

" Au début du XX° siècle, en Afrique, il y avait un homme qui avait un pouvoir. Mais il ne voulait pas dire lequel.

Dans son village, il était connu sous le nom de « l’homme qui avait un pouvoir », Mimbala, en langue Mori. Il était craint, respecté. On détournait les yeux en passant devant sa case, de peur que son pouvoir soit celui de donner la mort immédiate à celui qui regarderait sa case.

Il se levait le matin, faisait ses ablutions, et mangeait dans la gamelle du voisin. Le voisin n’osait rien lui dire, de peur que son pouvoir soit celui de faire tomber la foudre sur celui qui n’a pas voulu partager son repas.

Ensuite, Mimbala partait en direction de la foret. Alors les habitants du village se disaient : « sans doute son pouvoir est-il celui de parler avec les animaux. » En effet, Mimbala avait été vu un jour en train de chasser un moustique et de lui dire « vas t en, sale bête ! ». N’est-ce pas le signe qu’il parle avec les animaux ?

Ou bien, le bruit qui courait dans la savane, était que Mimbala avait le pouvoir d’invisibilité. Car parfois, on ne le voyait plus pendant des heures… peut-être s’était-il simplement perdu dans la foret ? Nul ne le savait.

C’était à vrai dire un véritable mystère, et plus il était épais, plus Mimbala inquiétait les habitants du village, et plus les habitants du village lui donnaient tout ce dont il avait besoin.

Un jour, les blancs envahirent le pays. Une délégation de 7 d’entre eux, entra dans le village. Leur chef, un homme vétu de blanc, longue barbe et air sévère, demanda :

-Amenez nous à l’homme le plus important du village.

Les villageois hésitèrent. Ils auraient dû appeler le chef, le vieil Imonala. Mais si le pouvoir de Mimbala était celui de faire fondre sur les récoltes des nuées de sauterelles et de criquets qui dévasteraient tout ? Alors, ils indiquèrent à la délégation de blancs, la case de Mimbala.

Ils restèrent tous dans la case une éternité. Et si le pouvoir de Mimbala était de transformer les hommes blancs en animaux ?

Mais ils ressortirent tous de la case, Mimbala en tête.

Le chef des blancs grimpa sur une caisse et déclara devant tous les habitants du village :

-Je prends possession de ce pays au nom de la France. Votre nouveau chef est Mimbala. Vous lui devez obéissance et respect. A travers lui, c’est la France qui vous parle. Je lui donne les pleins pouvoirs.

Les habitants du village reculèrent tous d’un pas. Mimbala sourit. Maintenant, tout le monde connaissait son pouvoir."

 

vc, bruxelles, novembre 2015