Bon, un des problèmes, quand même, avec le succés du front national aux européennes, c'est que un grand nombre de députés français au parlement européen sont contre l'Europe... ça veut dire quoi? que beaucoup de députés sont dans un lieu qu'ils veulent voir disparaitre, voire contribuer à détruire... et malgré toutes les critiques faites aux députés européens des autres partis, ceux ci avaient vocation de faire avancer l'europe...

qu'on soit bien d'accord, c'est bien sur (ou plutot contre) l'europe que le fn a gagné... sans doute pour d'autres raisons pour bcp d'électeurs, mais c'est tout de même sur l'Europe...

Vous vous rappelez, il y a 20 ans l'europe? on était tous pour, à l'époque, et les voix divergentes ne voulaient pas la détruire, ils voulaient la réformer, qu'elle soit plus sociale, plus juste... tu parles, on a eu l'inverse... comme si l'europe n'était plus la solution, mais le problème... et tout ce qu'elle a apporté de bien, personne ne le voit plus... trop abstrait, trop loin... l'élargissement a été mal vécu par beaucoup, comme le référendum d'il y a quelques années qui a laissé des traces... (j'avais voté oui, je suis super pro européen, moi...)

Même un type comme emmanuel todd pense qu'il faudrait faire une petite pause dans la mise en commun des prérogatives et opérer un petit repli national, une dizaine d'années...

Manque de bol, c'est marine le pen aujourd'hui qui incarne ce repli national... ça aurait pu être chevénement ou séguin, non c'est le pen fille... parce qu'elle dit exactement ce que les gens ont envie d'entendre: un discours ouvriériste et anti capitaliste, plus le rejet des étrangers... elle parle comme des communistes qui rajouteraient "et les bougnoules dehors..."

je lisais hier un écrivain jeunesse très militant, très ancré à gauche, qui se plaignait "alors malgré tous nos livres, ça n'a servi à rien..." j'avais envie de rigoler... quoi? il croit donc que nos livres sont importants au point de changer ou de façonner les mentalités? bien sur que non, il y a même parfois, un coté contre productif aux livres pour enfants militants...

Manque de bol, après des décennies où le discours de gauche était dominant, on assiste à une droitisation très forte des discours. Et l'élection de Marine le pen ou sa participation à un gouvernement, deviennent une option, et plus un fantasme... comme elle dit toujours, le plafond de verre a sauté. La social démocratie, à la Hollande, aurait du être un aboutissement, c'est devenu matière à rejet pour plein de gens... la social démocratie, c'est pour quand tout va bien, pas quand une société est en crise. Un parti d'extrème droite, ça oui, c'est pour une société en crise...

Je reviens à l'europe... est ce que les dirigeants vont comprendre, maintenant qu'ils vont être menacés de l'intérieur, de la nécessité de réformer vite les institutions européennes? punaise, c'est quand même pas compliqué: un peu de sexy, un poil de démagogie, pas beaucoup, juste ce qu'il faut: désigner une grande personnalité présidente de l'europe, pour que l'europe s'incarne, une diplomatie beaucoup plus forte, une armée commune... et pas seulement une armada de fonctionnaires qui ont trouvé un terrain de jeu à leur mesure...

Moi, je reste européen, ça c'est sur, je déteste ces slogans "oui la france non à bruxelles"... et puis, l'europe, pour moi, c'est du concret: j'habite à 500 m du parlement ou de la commission... j'aime bien m'y balader, entre les tours, les boulevards et les pelouses du parc du cinquantenaire...  le soir, l'été, les fonctionnaires ou les lobbystes viennent y boire un verre de vin blanc, la cravate dans la poche et le badge électronique pendouillant sur le costard déboutonné...

je crois qu'en fait, quand on est bruxellois, on est naturellement européen...